[7/7] Les cadrages vidéo : Le plan qui est vraiment très gros 🔎

Chères lectrices, chers lecteurs, en ce triste et sombre lundi nous vous délivrons la dernière vidéo accompagnée du dernier article sur notre mini série de tutoriel sur le cadrage. C’est avec une très grosse mélancolie, que nous abordons le très gros plan. Oui, même atteints d’amertume, nous tentons l’humour… Aussi triste soit-il…

Reprenons-nous et faisons de ce dernier article, un article mémorable, marquant son temps, et transcendant les esprits. Mieux que ça, qui révolutionne vos créations vidéos ! Voici donc, rien que pour vos yeux, mesdames et messieurs : le très gros plan.

 

A quoi ça sert ?

Le très gros plan ne semble pas très utile au premier abord. Trop précis, il cadre seulement un détail d’un corps, que ce soit un oeil, une cicatrice, un bleu sur un genou, une bouche mais aussi des mains. Au cinéma, on l’emploie afin d’insister sur une action ou un détail déterminant pour la suite de l’histoire. Que ce soit pour filmer les yeux – rien d’autre que les yeux – de Clint Eastwood dans Le Bon, la Brute et le Truand, les orteils au réveil d’Uma Thurman dans Kill Bill ou encore la bouche ouverte par la peur dans Psychose. On leur accorde l’importance qu’ils méritent grâce au très gros plan.

Pourquoi ce cadre est-il aussi génial ? Et bien, parce qu’il ne concerne pas seulement le corps humain. Vous pouvez filmer n’importe quel objet en passant de la montre à votre poignet ou du stylo à votre aspirateur ! Même si nous ne voyons pas réellement l’intérêt de ce dernier…

Mettre en avant votre produit, quelque soit la taille, nécessite de montrer tous ses petits détails qui le rendent unique et c’est toujours avec ce plan que vous obtiendrez les meilleurs résultats. Nos utilisateurs s’en servent déjà dans leurs tutoriels et les résultats sont plus qu’appréciés ! Vous n’êtes pas convaincu ? Vous avez tort ! Et si nous vous disions que c’est aussi un plan très facile à réaliser ? Comment ? Il suffit simplement de lire le prochain paragraphe et le tour est joué !

 

Comment ça marche ?

Que ce soit avec un grip, sur un trépied, ou à la main, il y a deux choses importantes à retenir afin d’avoir un plan parfait :

Premièrement, évitez les mouvements rapides. Que ce soit dans la façon de cadrer ou bien votre détail en lui-même, une action abrupte déconcerte facilement l’oeil et ne permet pas de rester focalisé sur l’objet tant convoité. Effectivement, il se peut que le regard mette un certain temps avant de comprendre ce qu’il observe lorsque le détail est trop zoomé. Prévoyez en laissant votre plan durer plus longtemps. L’objectif est de présenter l’élément en question sous son meilleur angle. Alors si l’envie vous prend de faire un travelling partant d’un plan d’ensemble pour terminer sur un très gros plan – ou inversement – attention à ce qu’on ait le temps de bien l’observer.

Deuxièmement, faites attention à la mise au point. Les téléphones que nous avons tous dans nos poches sont très performants. Ils sont désormais capables de filmer à une très faible distance. Seulement, pour combler tous nos désirs, leur sensibilité est accrue. N’y allez donc pas de main morte : appuyez sur votre écran jusqu’à ce que l’endroit en question soit net. Une fois celui-ci trouvé, nous vous recommandons fortement de bloquer la mise au point en restant appuyé quelques secondes sur la zone qui doit rester au centre de l’attention. Si vous optez néanmoins pour un travelling, veillez à changer la mise au point pendant votre mouvement afin que votre objet reste net pendant toute la durée du plan.

Voilà, nous en avons donc terminé avec les différents cadrages que vous pouvez utiliser pour habiller votre vidéo. Si cela vous a plu, n’hésitez pas à nous le dire et nous vous trouverons sûrement d’autres sujets à aborder comme le travelling et les difficultés rencontrées quant à la mise au point par exemple.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *