Comment faire un bon témoignage en vidéo ?

Si vous souhaitez faire témoigner vos collaborateurs ou vos clients en vidéo, il faut avant cela respecter quelques consignes. Préparation en amont, texte, lieu de tournage, nous vous expliquons tout cela dans cet article. 

 

Tout d’abord qu’est-ce qu’un témoignage vidéo ? Il s’agit de faire parler une personne en vidéo sur un sujet précis en faisant ressortir des informations clés. Ce peut être un témoignage client, un portrait de collaborateur, une vidéo de formation ou encore un retour d’expérience. Réussir son témoignage vidéo nécessite une bonne organisation aussi bien pour le réalisateur que l’intervenant. Voici quelques règles à suivre pour faire un bon témoignage vidéo :

 

1. Choisir le bon intervenant

Il n’y a pas de secret, un bon témoignage est un témoignage réalisé avec une personne influente. Étant donné que vous utiliserez ces témoignages pour mettre en avant votre entreprise, vous préférerez choisir un client ayant une position élevé dans son entreprise plutôt qu’un nouveau collaborateur. Choisissez donc avec soin votre speaker en fonction des questions que vous souhaitez lui poser. Par exemple, si vous souhaitez mettre en avant la puissance de votre produit sur le recrutement d’une entreprise, vous préférerez filmer un témoignage vidéo d’un directeur RH plutôt qu’un commercial.

intervenant

Pensez donc que chaque témoignage a son intervenant associé. Et s’il faut filmer plusieurs témoignages vidéos, faites-les pour montrer que vous répondez à plusieurs problématiques. Vous vous mettrez en avant sur les multitudes de besoins que répond votre produit/service.

 

2. Un peu d’écriture

Ce qui nous amène au deuxième point, l’écriture. Si vous souhaitez réaliser un témoignage vidéo, il faut avant tout que vous fassiez quelques recherches. Renseignez-vous sur l’entreprise en question et orientez vos questions sur la relation qu’il y a entre votre entreprise et celle de votre client. Faites aussi des recherches sur le poste de votre intervenant. Orientez ainsi vos questions en fonction de son poste et de son entreprise pour mettre en avant votre produit.

 

Pensez bien que vous souhaitez que chaque témoignage vidéo réalisé soit différent les uns des autres. Vous ne voulez pas faire répéter les mêmes choses à différentes entreprises et à différents speaker. Adaptez-donc vos questions à l’entreprise en question et à l’intervenant ciblé pour vous différencier du témoignage classique. Si, en revanche, vous souhaitez faire un témoignage vidéo décalé, écrivez quelques questions « décalées ». Cela ajoutera un peu d’humour à votre vidéo qui brisera le côté « sérieux » ou « magistral » du témoignage vidéo classique.

ecriture

Nota Béné : Une fois vos questions notées, plusieurs choix s’offrent à vous. Vous pouvez envoyer ces questions à l’intervenant pour qu’il puisse préparer ses réponses ou les garder et filmer un témoignage vidéo en improvisation totale. Une interview en totale improvisation est synonyme d’authenticité mais peut être amenée à être refaite car la réponse n’était pas celle espérée ou en raison de bafouillage.

Au contraire, une interview dont les questions ont été transmises en avance permettra d’exprimer les réponses souhaitées. Néanmoins, il ne faut pas que l’intervenant fasse de la « récitation » face caméra.

 

3. Soigner le tournage

S’il y a bien une chose où vous devez être bien méticuleux, c’est le tournage. Pour éviter une catastrophe ou encore un oublie, suivez bien les conseils suivants :

  • Le matériel

Vérifiez bien que vous êtes équipés de votre caméra ou de votre smartphone, qu’il soit chargé et que vous possédez un trépied pour stabiliser la vidéo. N’hésitez pas à utiliser plusieurs smartphones pour filmer le témoignage vidéo sous plusieurs angles. Cela apportera du cachet à votre vidéo et évitera une image statique renvoyant un discours plutôt « magistral ». Enfin, n’oubliez pas votre micro cravate en cachant le fil sous sa chemise.

  • La lumière

De plus, faites attention à l’éclairage de la lumière. Faites des ajustements pour que la lumière éclaire correctement l’intervenant et qu’elle ne soit pas parasite sur l’image. Vous pouvez utiliser des panneaux led si vous en possédez sinon, évitez de mettre votre intervenant sous un spot lumineux. Nous avons par ailleurs réalisé un tuto sur ce sujet que vous retrouverez en cliquant sur ce lien.

  • Le cadrage

Privilégiez une interview debout ou assis sur une chaise. Évitez les fauteuils car ils ne sont pas confortables pour l’intervenant qui aura tendance à bouger pour se remettre en place. Utilisez de préférence un plan américain qui mettra au centre de la caméra votre client. Pensez simplement à changer l’intervenant de position pour éviter la position statique évoquant une « récitation ».

  • Préparer l’intervenant

Détendez l’intervenant en lui faisant la discussion et en le rassurant sur le tournage. Soyez au petits soins avec lui en lui apportant de l’eau pour qu’il n’y ait pas de bruit parasite et qu’il soit au meilleur de sa forme. Installez-lui son micro cravate et vérifiez que le son fonctionne correctement.

 

4. Vérifier les détails de chaque plan

Une fois vos plans réalisés, une vérification est nécessaire. Assurez-vous que les plans ne soient pas flous, que le son de la vidéo est bon et que l’intervenant est en accord avec son discours prononcé. Profitez du fait qu’il soit encore présent à vos côtés pour refaire les plans si besoin.

plan flou

Recommencez si besoin les scènes en changeant de position et de cadrage pour apporter plus de dynamisme à votre vidéo. De plus, une fois vos plans terminés, vous pourrez filmer des plans d’illustrations. Vous aurez filmé le discours et vous saurez par conséquent quel plan d’illustration filmer.

 

5. Passer du temps sur le montage vidéo

Dernière étape de votre témoignage vidéo, la post-production. Cette partie est nécessaire puisque votre public verra le résultat de votre vidéo. Pour réussir votre montage vidéo, ajoutez des mots-clés dans votre témoignage vidéo pour appuyer les éléments marquants ou chiffres clés. De plus, vous pourrez ajouter de la musique en fond pour rendre la vidéo plus facile à regarder. Enfin, vous pourrez intégrer vos plans d’illustrations réalisés plus tôt pour illustrer les propos de votre speaker.

Vous savez dorénavant comment réaliser des témoignages vidéo. Nous espérons que cet article vous a plu.

Alexandre Blitz


Découvrez nos autres articles ci-dessous :

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *