Pas sympa : On a laissé notre stagiaire se débrouiller avec EasyMovie

Cette semaine, nous avons fait un petit test. Notre nouveau stagiaire, qui n’a jamais fait de vidéos de sa vie, a dû se prêter pour la première fois au jeu du « face caméra » pour le tournage de sa vidéo de présentation. Dans la foulée, nous l’avons chargé d’insérer les images sur notre plateforme et de rédiger le brief aux monteurs, sans instructions de notre part. Il raconte.

Play! : Hello Paul. Nous venons de tourner ta première vidéo : ta présentation en tant que nouvel arrivant chez EasyMovie. Comment as-tu trouvé ce moment ?

C’était plutôt cool ! Un peu perturbant, surtout au début. Ce n’est pas un exercice auquel je suis habitué. Cela requiert pas mal de créativité, alors que ce n’est pas mon point fort… disons que moi, j’ai fait un Master 2 en finance, je suis concentré sur l’étude des chiffres et je n’ai jamais touché à la vidéo, alors ça me fait sortir de mon schéma.

Ce qui est drôle c'est qu'au final c'est très "process", je m'y retrouve.
C'est une exercice précis.

C’est-à-dire ?

La vidéo, c’est un exercice de synthèse ! Les réponses doivent être courtes et construites. Les plans doivent aussi être réalisés selon les instructions, il faut les répéter s’il y a des défauts. Par exemple, on a tourné une scène dans l’ascenseur et on a dû la répéter un bon nombre de fois pour que la porte s’ouvre exactement au bon moment.

Sois honnête : est-ce que tu en as eu marre ?

Non, vraiment pas ! Après, si j’en faisais 50 par jour, ce serait autre chose !

Chez EasyMovie, on fonctionne selon un storyboard prédéfini qui guide le filmeur et lui donne des instructions plan par plan. Est-ce que tu as ressenti ça pendant le tournage ?

J’ai eu l’impression d’être guidé de A à Z, j’écoutais tout ce que tu me disais de faire.

Ce n’est pas moi ! C’est le storyboard, je lisais seulement les instructions !

Ahh je croyais que c’était toi !

Non. Tout est dans l’application. Du coup, si je te demande de filmer ma vidéo de présentation, tu penses que tu pourrais le faire ?

Pas maintenant là tout de suite parce que je n’ai vraiment jamais été derrière la caméra, je n’ai eu aucune formation. Enfin, disons que je pourrais certainement le faire, mais pas avec la même qualité que toi.

Et si on te forme, comme avec l’un de consultants qui font ça en quelques heures chez le client ?

Oui, je pense que je serais autonome. L’autre jour, je suis allé en consulting avec Cindy (l’une de nos consultantes, NDLR). En une journée, on apprend pas mal de choses.. Je pense que ça s’intègre assez vite mais qu’il y a une petite phase d’apprentissage que tu ne m’as pas laissé la chance d’avoir !

Paul, visiblement ravi de son expérience.

C’était fait exprès. Est-ce que tu as envie de faire une autre vidéo où tu passes à l’écran, après celle-ci ?

Pourquoi pas ! C’est un peu perturbant, mais je me suis préparé mentalement en venant faire ce stage (rires) ! C’est aussi super formateur, ça te fait prendre conscience de plein de choses sur ta manière de t’exprimer. Ca me fait aussi apprendre plein de choses sur le monde de la vidéo, sur son vocabulaire, etc. La vidéo, c’est vraiment différent quand tu es consommateur ou acteur.

Est-ce que ça t’a donné envie de filmer ?

Oui ! Même dans le cadre perso à vrai dire. Ca m’a donné plein d’idées, j’ai envie de faire quelque chose d’un peu plus stylé que ce qu’on a l’habitude de faire avec mes potes.

Une fois la vidéo tournée avec l’application, je t’ai montré comment insérer les images dans la plateforme. Je t’ai piégé parce que je t’ai laissé tout faire tout seul, en te donnant seulement un quart d’heure, et c’était la première fois que tu touchais à la plateforme EasyMovie. Honnêtement, tu en as pensé quoi ?

Le piège, ce n’était pas le quart d’heure, mais plus que je n’avais aucune idée de ce qu’il fallait mettre dans le brief. Tu te retrouves avec une page blanche et des instructions précises à donner ! Je ne savais pas trop comment rendre le truc un peu cool, quels mots-clés allaient être pertinents sans surcharger le contenu. J’avais aussi quelques questions techniques : où est-ce qu’on met le carton d’intro, qu’est-ce qu’on fait à la fin de la vidéo pour conclure…?

Finalement, je t’ai montré rapidement et donné deux)trois mots de vocabulaire pour te faire comprendre comment t’exprimer, et ça a l’air de s’être bien passé.

Ça, c’est génial !

Explique.

C’est -à-dire que je me suis retrouvé devant une page blanche et quand tu m’as montré ce qu’on pouvait écrire dans un brief, je me suis dit :

"C'est dingue tout ce qu'on peut faire en fait, ça n'a pas de limites !"

Il doit y avoir des limites techniques évidemment, mais tu peux vraiment tout imaginer et ça c’est très cool.

C’est quoi ta prochaine vidéo ?

Je suis ouvert à tout !

Découvrez la vidéo de Paul !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *